SOUVENIRS SOUVENIRS

Avec l'OCT (Office Culturel de trégueux), que de souvenirs !! Parcourez nos archives pour visualiser nos actions passées...

Trégueuxphonies : Le petit Festival qui monte, qui monte,...

La première édition avait connu un succès prometteur.

Pour cette seconde édition, les co-organisateurs (OCT, Association Rat-N’Roll, Bleu Pluriel et la ville de Trégueux) donnent encore de l’envergure au projet .  7 lieux accueilleront les spectateurs : Les bars Le Relax, l’Imprévu et la Cravache, et une autre scène montée sous chapiteau, sans compter une prestation à l’Eglise, à la maison de retraite et des concerts à Bleu Pluriel.
Une programmation éclectique au cœur de la ville qui ravira le plus grand nombre.
L’OCT sera évidemment présent avec ses chanteuses du groupe Gospel, Kazel Ha Kazel sur le spectacle des blés d’or, ainsi que les Festiférés.

 

Voici ci-dessous le programmation de cette nouvelle édition:


modification de dernière minute :

concert de Arsonic annulé

remplacé par un deuxième set de Redsap

Pour cette première édition, le public était largement au rendez-vous et paraît-il en redemande pour l'année prochaine.

Merci à Carole pour l'OCT et Yann Couzic de l'association Rat'nRoll qui n'ont pas ménagé leurs efforts

TrégueuxPhonies Septembre 2012

20 ans de passion, 20 ans d'innovation au service de la Musique , de la Danse , des Arts Plastiques à la portée de tous.  L'OCT peut être fier du chemin parcouru .

Pour fêter cet anniversaire, nous avons souhaité marquer l'évènement en y associant le plus grand nombre.

Visuel créé pour les 20 ans de l'OCT

par Jacques Chauvel.

La soirée, très originale dans sa forme et son contenu a permis au public venu nombreux ( plus de 350 personnes) de visualiser la diversité et la richesse de nos activités. Nous avons voulu faire se rencontrer sur différents tableaux des activités et des personnes qui ne se rencontrent pas dans le quotidien des cours : des percussions corporelles au milieu de danseurs de claquettes, des vieux tubes qui ne sonnent pas creux et qui rejoignent la danse traditionnelle , un duo piano-voix devant des adeptes du yoga, un petit coin d’Irlande, une improvisation de sound painting ou un prélude de Bach revisité, …le tout relié par les interventions des jeunes acteurs de l’atelier théâtre ,mis en valeur par des productions plastiques, sans oublier les interventions teintées d'humour et d'émotion de Liliane, en "gardienne du temple".

Bien entendu, tout s'est terminé au son des accordéons diatoniques . Le public a apprécié de partager le moment en entrant avec nous dans la danse.

Retrouvez quelques souvenirs de la soirée du 9 avril dans la galerie photo.

 

Nous laissons en ligne cette rubrique des 20 ans. Nous avons profité de cet évènement pour aller à la rencontre des passionnés qui sont et qui font la vie de l'association.

 


 

Pour commencer, un sourire : celui de  notre "omni-secrétaire". Interview :

 

Liliane , il y a 20 ans, vous faisiez quoi à l’O.C.T. ?

En 1991 je n’étais pas encore là. Je suis arrivée à l’O.C.T. en juillet 1992 pour remplacer un congé de maternité….. et j’y suis toujours 19 ans après (alors que le bébé de l’époque est sans doute en fac…..). Je suis même devenue la « mémoire vive » de l’O.C.T.

Je suis secrétaire comptable mais mon rôle a bien évolué au cours des années et il est presque sans limite car l’imprévu est aussi de mise. Mes domaines d’activités sont très variés et vont du très sérieux (contrats de travail, salaires, budgets….) à des investissements plus ludiques (pour l’instant je me suis transformée en costumière, accessoiriste et attachée de presse pour les besoins du spectacle du 9 avril…..tout en préparant ma petite prestation personnelle pour l’occasion…). J’accueille également le public et c’est vraiment très agréable de rencontrer tant de personnes différentes. Ce travail me plaît beaucoup car j’aime bien ce qui bouge, ce qui est inhabituel et me permets de faire appel à ma créativité et à ma capacité à réagir vite quand il le faut. Et puis on me laisse prendre des responsabilités et c’est aussi une preuve de confiance que l’apprécie.

Quelles étaient les activités proposées en 1991 ?

En 1991, l’O.C.T. a pris la suite de la M.J.C. et a « adopté » une partie des activités et des professeurs. Il y avait déjà de la musique (mais le nombre d’instruments enseigné était plus limité), l’atelier d’arts plastiques pour enfants, la céramique, le stretching, le yoga. Mais aussi de la danse modern’jazz, du patinage sur roulettes, du tennis de table et de la couture, activités qui ont cessé au cours des années. D’autres sont venues les remplacer pour cadrer avec l’évolution de notre société et les demandes des adhérents. A travers les activités on prend conscience des changements culturels intervenus au cours des 20 dernières années.

Quelques souvenirs marquants de ces 20 ans ?

Des souvenirs j’en ai plein bien sûr et cet anniversaire m’a donné l’occasion de les faire remonter à la surface…… Beaucoup d’anecdotes, de moments insolites….. En fait pour moi l’O.C.T. a quand même commencé par un grand moment de solitude (eh oui !!!!) Je suis arrivée en plein mois de juillet pour remplacer une personne que j’ai croisée 2 heures. La directrice était en formation, donc absente ; les profs étaient en vacances et je connaissais à peine l’O.C.T. C’était un vrai défi….. j’ai même fait mon premier forum des associations seule en ne connaissant des activités que ce qui était marqué sur la plaquette…. (mais si vous voulez la suite de l’histoire il faudra attendre le 9 avril…..)

Et puis pour ceux qui l’on connu il y a quelques années, l’O.C.T. c’était aussi le centre socio-culturel, cette ancienne cimenterie transformée par la municipalité pour permettre la pratique d’activités à des milliers de personnes durant de nombreuses années. Franchement ce n’était pas très accueillant, c’était sombre, avec des barreaux aux fenêtres, pas d’aération dans les salles de cours, mais j’aimais beaucoup mon bureau qui était un espace convivial où les gens se rencontraient. Et je vous avoue que j’ai un peu appréhendé le déménagement à la Clef des Arts par peur de ne plus retrouver cette convivialité…. Puis j’ai fini par me dire qu’il ne tenait qu’à moi de recréer ce que j’avais déjà fait là-bas. Et ça a marché. Franchement je n’échangerais plus mon bureau actuel, si beau, si lumineux où mes plantes vertes peuvent s’épanouir à loisir (et moi aussi……)

Comment voyez-vous l’O.C.T. dans 20 ans ?

Je pense que l’O.C.T. a encore de belles années devant lui….. tant que nos sociétés seront demandeuses de culture, d’épanouissement personnel à travers des activités d’apprentissage et de loisirs mais aussi tant que l’argent public continuera à permettre à des associations telles que la nôtre de perdurer et de se développer.

Des idées nouvelles il y en aura toujours, des gens nouveaux, de la créativité. L’O.C.T. continuera à vous surprendre et à être à votre écoute. Et alors qu’est-ce qu’on fera comme fête pour les 40 ans !!!!!!

Dans 20 ans j’aurai 75 ans…… Et peut être que je serai une des adhérentes qui viendra pratiquer de la musique, des arts plastiques ou du yoga ou une activité qui n’existe pas encore….. Et là je rencontrerai peut-être des personnes que je vois aujourd’hui de derrière mon bureau…

 


Répétition de "Bouge tes pieds !" : accordéons diatoniques, percussions, piano et danseurs de claquettes

 



 

Une autre tête connue et encore un sourire, celui de Christiane Lorfeuvre

 

Christiane tu es à l’O.C.T. depuis 17 ans. Quel est ton rôle ?

Je suis animatrice stretching.

Le stretching  cela consiste en quoi  ?

Ce sont des mouvements d’étirement que l’on fait en douceur et qui peuvent préparer à la pratique d’un autre sport. L’activité est  basée sur la respiration abdominale qui permet de faire des mouvements avec de plus grandes amplitudes.
J’ai un peu « créé » ma méthode personnelle en m’inspirant du stretching, de la gym Pilate, de la relaxation et du yoga, le tout agrémenté d’une note musicale, pour créer une ambiance agréable favorable à la détente et à la relaxation musculaire.

Qu’est que tu apprécies dans ce travail ?
Avant tout le  côté relationnel, convivial ;  certains viennent depuis le début et m’ont même  suivie après mon départ de la  MJC du Plateau il y a de nombreuses années.

Actuellement les cours ont lieu dans une superbe salle mais ça n’a pas toujours été le cas n’est ce pas ?
C’est vrai que maintenant nous avons beaucoup de chance après être passés par la salle du Bûchon, la ville Junguenay, le centre socio-culturel et même le préau de Jean Jaurès. Qu’est-ce  qu’on en a déplacé des tapis de gym…..

Je sais que tu as deux hobbies :  la photo et la marche…
Oui j’adore marcher et prendre des photos, que ce soit des paysages, la faune, la flore, les portraits. Et je suis toujours avide de beaux clichés que je peux réaliser lors de mes promenades.
La photo cela remonte à ma jeunesse, lorsque je travaillais à Paris chez un photographe avec les  appareils Leïla. C’était de la photo en noir et blanc, j’ai beaucoup appris sur les arcanes de la prise de vue, du développement…   et j’ai même côtoyé Henri Cartier Bresson pendant de nombreuses années.

Prépares-tu quelque chose pour le 9 avril ?

Oui avec les adhérents de l’activité nous proposerons quelques mouvements de stretching sur un prélude de Bach….

 


Répétition de "Back to Breizh" : piano, accordéons, stretching, danses traditionnelles

 


 

Quand la musique crée des liens d'amitié.   Echange avec deux accordéonistes qui ont commencé à l'âge adulte et qui visiblement prennent beaucoup de plaisir....

Joël et Joël  vous êtes adhérents de l’O.C.T. depuis 4 ans et 2 ans. Vous vous êtes rencontrés ici et vous êtes devenus amis. Quelle activité pratiquez-vous ?
Joël Montfort : »L’accordéon… »
Joël Quelen : « …. Diatonique »

Vous répondez d’une même voix et c’est vrai que lorsque l’on vous rencontre à la sortie des cours vous semblez très bien vous entendre. Votre complicité se ressent. Est-que vous pratiquiez déjà la musique avant de venir ici ?
Joël Monfort : je chantais et jouais de la guitare avant de me mettre à l’accordéon diatonique
Joël Quelen : je suis talabardeur (joueur de bombarde) Mon groupe « Le Bagad de Kergroas » jouera d’ailleurs pour le carnaval de Trégueux le 10 avril

Qu’est ce qui vous satisfait dans le fait de venir à l’O.C.T. ?


- Les relations avec le professeur, Vincent Dumond, qui est à la fois compétent et convivial

- L’obligation d’être régulier dans le travail. Les cours hebdomadaires représentent des échéances à respecter et nous oblige à être rigoureux pour progresser et avoir encore plus de plaisir à jouer

- L’échange musical avec les autres élèves que nous rencontrons

- La qualité de l’accueil tant au niveau des locaux que du personnel

Avez-vous des souvenirs  marquants ?

Oui, nos prestations en  public (et en particulier les toutes premières qui suscitent toujours un peu d’appréhension) : l’apéro concert de fin d’année, le fest-deiz de l’O.C.T. en février 2010, pour lequel Vincent avait réuni ses élèves de différentes écoles pour faire danser le public.

Nous avons également participé à l’animation musicale du Festival de Rue en Salle à Bleu pluriel le 19 février dernier.

Est-ce que vous préparez une prestation pour la soirée du  9 avril ?

Vincent nous a remis une liste d’une douzaine de morceaux à préparer pour le fest-noz. de clôture de la soirée. Nous ne les jouerons peut être pas tous mais nous allons les travailler pour être fin prêts.

 


Et pendant ce temps, la jeune troupe de l'Atelier théâtre se donne à fond pour préparer ses interventions entre les différents tableaux :

 

 

 

 


 

Vedettes du mois d'Avril

Yvon, avec Jacques, autre adhérent de l’O.C.T., vous allez devenir des vedettes à Trégueux car votre photo a été retenue par la chargée de communication de la mairie pour illustrer un article sur les 20 ans de l’ O.C.T dans le Mensuel du mois d’Avril. Elle a choisi cette photo car elle représentait la convivialité que l’on rencontre à l’atelier.
Que venez vous faire à l’O.C.T. ?

Je suis les cours de peinture de Jacques Chauvel depuis 10 ans.
Comment se sont passés les premiers cours ?
Je n’avais jamais dessiné ni peint auparavant. Au début je n’étais pas du tout à l’aise et je ne voulais plus revenir. Je n’étais pas satisfait de mon travail. Et puis un jour Jacques Chauvel m’a fait remarquer les bons côtés de mes dessins et notamment mon sens des proportions. Cela m’a encouragé à persévérer et depuis j’ai réalisé de nombreux tableaux. Il m’arrive même d’en offrir à des proches ou de les exposer en fin d’année.
Qu’est ce que vous recherchez en venant à l’atelier d’Arts Plastiques ?
Tout d’abord à progresser dans mon apprentissage du dessin et de la peinture, mais aussi la convivialité, l’échange avec les autres, la bonne entente, l’ambiance décontractée mais studieuse. Jacques sait valoriser chaque personne et l’encourager.
Alors vous revenez l’année prochaine ?
Certainement !

 


Performance artistique à vivre en direct, le sound-painting demande comme toute improvisation beaucoup de préparation. Solène pour la partie musicale et Martine pour la partie arts plastiques sont à pied d'oeuvre depuis plusieurs semaines....

Répétition et préparation du "chaos à la couleur" :




 

Jacky Pestel rythme depuis de nombreuses années la vie de l'OCT. Il partage son temps entre l'enseignement, les groupes dont il fait partie et son studio d'enregistrement. Rencontre avec ce musicien généreux.

 

Jacky, tu es employé à l’O.C.T. depuis 15 ans, quel est ton rôle ?

J’enseigne la batterie, les percussions et le solfège rythmique à des enfants et des adultes
As-tu des souvenirs marquants de ces 15 années ?

Certains élèves qui m’ont permis de monter des projets de spectacles originaux à partir de mes compositions musicales personnelles, avec comme instruments des caisses claires, des bidons, des percussions diverses…
Yvan et Pierre Marie qui ont débuté la batterie à l’âge de 5 ans et qui paraissaient encore plus petits derrière une grande batterie.

Au cours des dernières années tu as créé plusieurs groupes et même monté ton propre studio d’enregistrement. Tu es donc un musicien confirmé qui pourrait choisir de devenir intermittent du spectacle. Qu’est qui te motive à donner des cours ?

Toute ces activités ont un lien avec la musique mais sont diversifiées et complémentaires ce qui évite la monotonie. Et puis j’aime transmettre mes connaissances musicales.

Je sais que tu es très généreux. Tu m’as confié que tu avais un projet humanitaire. Peux-tu nous en parler ?

Le but est de produire un C.D de compilation de divers orchestres musettes de la région. Les bénéfices de la vente seront reversés à des associations humanitaires qui oeuvrent auprès d’orphelinats (Ethiopie et Haïti)

 


 

Répétition de "Toumback claq" : Percussions corporelles des élèves de 2ème cycle, danseurs de claquettes :

 


 

La valeur n'attend pas le nombre des années. Voici avec Malo une illustration du proverbe...


Malo, tu as 9 ans. A quel âge as-tu débuté la musique ?
A 5 ans, j’ai d’abord fait de l’éveil musical et j’apprends la batterie depuis 3 ans.

Est-ce que cela te paraît difficile d’apprendre à jouer d’un instrument ?
Pas trop. A l’école non plus je ne trouve pas que c’est trop difficile. Je suis en CM1.

Qu’est que tu vas jouer pour le spectacle du 9 avril ?
Je répète avec le groupe de rock de Pascal pour accompagner la chanson « La mauvaise réputation »

Mais ils sont tous plus âgés que toi dans le groupe de rock. Tu te sens à l’aise ?
Oh oui, je suis un peu habitué maintenant. J’ai déjà joué avec eux pour le spectacle de Joël Favreau à Bleu pluriel au mois de février.

Donc pour toi les spectacles à Bleu pluriel ce n’est pas une nouveauté ?
Non j’ai participé aussi au concert du Marché de Noël. Je suis content de jouer dans cette grande salle de spectacle et je ne suis pas du tout impressionné.

Chez toi, la musique c’est un peu une affaire de famille. Ta grande sœur Céline a elle aussi pris des cours à l’O.C.T pour apprendre à jouer du piano. Est-ce qu’il vous arrive de jouer ensemble ?
Oui quand elle est à la maison on joue ensemble, mais ce n’est pas trop souvent maintenant qu’elle est partie faire ses études à l’autre bout de la France.

Est-ce que tu voudrais devenir musicien quand tu sera grand ?
Je ne sais pas encore ce que je veux faire. Mais peut être que j’aimerais bien être fermier. Mes parents ont des amis qui sont fermiers et j’aime bien aller chez eux. J’aimerais bien vivre à la campagne entouré d’animaux (des vaches, des cochons, des chèvres, des chevaux, des lapins, des poules….) Des poules on en a déjà 2 dans le jardin à la maison, c’est bien comme cela on peut manger des bons œufs frais…..


Il sera là aussi le 9 avril,        l'arbre à   guitare...

 

 


 

Encore une jeune musicienne pleine de talents...

 

Léa tu as 11 ans. Depuis combien d’année apprends-tu le piano ?

J’ai commencé il y a 3 ans


Je crois que tu aimes bien chanter aussi.
Oh oui. L’année dernière j’allais à la chorale avec Carole et j’ai chanté une chanson de Cœur de Pirate en m’accompagnant au piano à l’audition de fin d’année.


Je t’ai vue à la répétition avec les danseurs de claquettes, les accordéons diatoniques et les percussions. Tu t’en es bien sortie malgré leur grand nombre. Es-tu contente de participer à ce projet ?
Oui je suis contente, mais on ne m’entendait pas trop surtout à cause des percussions. C’est un peu difficile de se concentrer sur la partition avec tous les autres instruments parce qu’ils sont nombreux et font beaucoup plus de bruit que le piano. Mais j’y suis arrivée avec l’aide d’Alain qui jouait de l’accordéon diatonique à côté de moi et qui m’a encouragée.


Ce n’est pas tout, samedi matin tu étais à la répétition de Sound-painting ainsi que ta maman.
Ce n’est pas trop compliqué à mémoriser ce nouveau langage ?

Un peu pour moi parce que j’ai loupé 2 séances. Au début Solène nous a montré quelques signes principaux. Il faut toujours avoir l’œil sur elle pour suivre ses consignes. C’est de l’improvisation…

Avec ta maman qui apprend le saxophone est-ce que vous avez l’occasion de jouer ensemble à la maison ?
Non on ne joue pas ensemble car nos instruments sont très différents. Le projet du sound- painting nous permet de partager la musique ensemble, et c’est bien.

Tu aimes t’installer à mon bureau pour jouer à la secrétaire. Est-ce que tu sais ce que tu aimerais faire comme métier plus tard ?
J’ai trois rêves : d’abord vétérinaire ou un métier qui a un rapport avec les chevaux. Ou peut être prof de piano...

 


 

On vous l'a dit, tout se terminera par quelques polkas, scottish et autres tarentelles distillées par les accordéons diatoniques. Un grand merci à Vincent leur professeur, et aussi à Alain , toujours prêt à aider l'OCT..

Vous l'avez reconnu, ce personnage au premier plan ? Là, on fait moins le malin, monsieur le président.!!!..


 

 

Voici maintenant un des derniers "bébés" de l'OCT : l'Atelier Théâtre. Nous avons fait le choix de travailler avec un partenaire dont la compétence est reconnue dans le monde du théâtre pour et par les enfants : Gazibul Théâtre. Rencontre avec Sandra Enel , comédienne.

 

Sandra tu es comédienne à Gazibul Théâtre et depuis l’an dernier votre compagnie intervient auprès des enfants de l’atelier théâtre de l’O.C.T. Comment est née cette collaboration ?
Si je ne me trompe, il me semble que l’O.C.T. et Gazibul s’étaient déjà rencontrés à diverses occasions. Puis, dans l’idée de proposer un atelier théâtre l’an dernier, l’O.C.T. a contacté Gazibul pour réfléchir à un projet commun dans ce sens

L’O.C.T. t’a lancé un défi car on a demandé aux jeunes acteurs d’assurer la présentation des différents tableaux du spectacle du 9 avril. On vous a fournit des titres, parfois alambiqués, et vous avez dû imaginer un scénario pour chaque tableau. Comment s’est déroulé ce travail de création ?
De manière très ludique. A chaque atelier de ce trimestre j’ai soumis un à deux titres à l’imaginaire des enfants du groupe. Nous avons rêvé, nous avons ri, nous nous sommes contaminés les uns les autres,déclinant non seulement nos idées mais aussi celles de nos voisins.
J’ai mis tous ces mots dans mon chapeau, je les ai mélangés puis j’ai sorti des idées de scénettes qui pouvaient introduire chaque tableau. Avec les enfants nous avons amélioré le tout et le tour était joué !

La collaboration en est à sa deuxième année. Les comédiens de Gazibul ont-ils plaisir à venir à l’O.C.T. tous les mercredis ?
Tu as très bien défini la nature de la relation qui unit l’O.C.T. et Gazibul ; c’est une collaboration, une vraie collaboration !
C’est rare d’arriver dans une structure qui t’attend, prépare ton arrivée, prend le temps de t’accueillir, de s’inquiéter des besoins des comédiens et des enfants.
Dans ces conditions, impossible de se sentir « prestataire de service » ! C’est pour le comédien en charge du trimestre vraiment agréable de venir animer cet atelier à l’O.C.T. … et je crois que Liliane y est vraiment pour quelque chose !

 


 

 

Impossible de fêter les 20 ans de l'OCT sans donner la parole à Carole. Proposer, innover , convaincre, relancer,... Carole est au centre du projet de la soirée du 9 avril. Un grand merci pour son implication.

 

Carole tu es arrivée à l’O.C.T. il y a dix ans. L’association fonctionnait depuis quelques années mais ton poste a été créé à cette époque. Quel est le rôle d’une coordinatrice musicale ?


Définir les grandes lignes du projet d’établissement de l’école de musique (les orientations) concevoir et appliquer le projet pédagogique en lien avec les professeurs. Je m’occupe de toute l’organisation pédagogique (cours, concerts, plannings) en lien avec les parents, les élèves, les profs et le Conseil d’administration. Je crée des passerelles avec la mairie, Bleu pluriel, les associations trégueusiennes, la médiathèque, les écoles de musique de l’agglomération, le réseau départemental des écoles de musique.
Je donne aussi des cours d’éveil musical, de flûte à bec et de trombone ;je dirige l’atelier de découverte des instruments, et l’atelier vocal enfant, ce qui me permet de rester en contact avec le terrain.

As-tu un des souvenirs marquants de ces 10 dernières années ?
En 10 ans il s’en passe. Quelques souvenirs musicaux : le spectacle « des mots et des sons » avec la création d’un conte musical par Catherine Glatigny et une création vocale de Myriam Kerardhy, entre autre. C’était le premier spectacle avec mise en scène.
Le groupe de rock à Loops où j’avais été complètement « bluffée » par la prestation des élèves et je crois que je n’étais pas la seule. J’étais assez émue de voir des élèves que j’avais connus tout petits voler de leurs propres ailes, et présenter une prestation musicale de qualité.
Le groupe polyphonique avec Gaëlle Rouget sur les musiques d’Europe de l’Est qui nous a fait découvrir des harmonies subtiles et riches.
La préparation des 20 ans deviendra certainement un bon souvenir ne serait-ce que par l’échange et l’ouverture d’esprit des profs et des élèves pour créer un projet commun «…Et si on se rencontrait ? »

Et toi, comment vois-tu l’O.C.T. dans 20 ans ?
Tout ce qui est culturel est de plus en plus fragile… Dans 20 ans quelle place aura la culture ?
Et l’O.C.T. ? cela dépend en partie de nous, mais aussi de nos financeurs. Je souhaite vivement que l’O.C.T. soit une association florissante avec de nouvelles activités. Au niveau de la musique je pense que l’apprentissage collectif sera généralisé, ce qui est plutôt positif car la musique doit se partager. Continuer dans la dynamique des 20 ans, la rencontre entre les activités qui a été initiée cette année.
On doit trouver une spécialisation, qui pour les années futures pourrait devenir les instruments du monde ou les instruments que l’on ne trouve pas habituellement dans les écoles de musique. Cela pourra répondre à l’attente d’un nouveau public.

 


 

Parce qu'elle permet à nos jeunes artistes d'entrer dans le monde des Arts plastiques, Colette tient une place à part dans le coeur des parents de l'OCT.

 

 

 

Colette, tu es une des anciennes de l’O.C.T. puisque tu étais là à la création. Quel est ton rôle ?
J’anime l’atelier arts plastiques enfants depuis. Mon rôle est d’amener les enfants, dans un premier temps, à la découverte de techniques d’expression, à l’aide de matériaux, d’outils divers et les conduire vers une démarche créatrice et personnelle.

Cela ne fait un mystère pour personne que tu adores les enfants et qu’ils te le rendent bien. Tu arrives à leur faire apprendre des techniques d’arts plastiques tout en créant un état d’esprit ludique et convivial dans l’atelier. Est-ce parce que tu es toi-même passionnée par ton métier et ton goût de transmettre aux autres ?
Il faut évidemment être passionnée pour faire ce métier et avant tout aimer les enfants, avoir un bon contact, être à leur écoute, savoir s’adapter aux différentes situations. Il faut également tenir compte de leur sensibilité.

As-tu des souvenirs marquants de ces 20 dernières années ?
L’arrivée à la Clef des Arts : cet immense espace clair, lumineux est tellement différent de notre atelier de l’école Jean Jaurès. Les enfants et moi-même étions un peu perdus ; il nous a fallu un certain temps d’adaptation.
Beaucoup d’enfants m’ont marquée. J’ai beaucoup de plaisir à revoir des grands qui ont fréquenté l’atelier il y a quelques années et qui reviennent me voir.
Je me souviens que tes deux filles jumelles venaient aux cours d’arts plastiques lorsqu’elles étaient enfants. Elles ont bien grandi  puisque depuis quelques jours tu es grand-mère. Alors heureuse ?
Bien sûr heureuse, comblée. J’espère un jour pouvoir transmettre mon expérience à ma petite fille et à ceux qui suivront. Les enfants feront toujours partie de ma vie !

Quelle est la contribution de l’atelier au spectacle du 9 avril ?
Avec les enfants nous réalisons les décors pour la scène et le hall de Bleu pluriel :
- l’arbre blanc (Le fameux « arbre à guitares »)
- la rivière
- les silhouettes : rencontre entre les formes et les couleurs et qui symboliseront l’échange, la rencontre.

 


Répétition de " We will breizh you" : groupe rock, groupes de danses traditionnelles,...

Bravo et merci à Pascal pour ses arrangements originaux !

 


 

Adultes, adolescents, .... Qui ne connaît pas Martine, toujours partante dans nos projets. Même les voisins de la Clef des Arts la connaissent grâce sa cabane à raku!   Découvrez-la un peu plus :

 

Martine, tu as connu la création de l’Office Culturel puisque tu étais déjà professeur à la M.J.C. Quel est ton rôle à l’O.C.T. ?
J'ai commencé toute jeune à animer l'atelier terre en prenant la suite de Mr Morel
en 1980/81. A cette époque nous avions quelques tables, quelques étagères et un vieux four. Depuis, l'atelier s'est développé et équipé de nombreux outils, matériels et produits divers.

J'ai acquis au cours de ces nombreuses années une solide expérience que je mets au service des adhérents passionnés qui fréquentent les cours de céramique. Le travail effectué n'est jamais monotone, riche en rencontres et échanges de tout genres.
Certains(es) sont attirés(ées) par le modelage ou sculpture sur terre, d'autres réalisent des objets variés, d'autres ont des projets personnel bien spécifiques, comme par exemple fabriquer des vaisselles et ustensiles médiévaux.

Depuis quelques années, nous avons mis en place une nouvelle technique qui plaît énormément, le RAKU : technique coréenne de défournement à chaud et d'enfumage.

Je m'efforce d'accompagner les personnes dans leur projets, d'être à leur écoute, de donner conseils et coups de pouce à l'occasion, de pousser à l'expérimentation, à l'expression personnelle et à oser de plus en plus au fur et à mesure des acquis techniques.

Nous présentons le travail de l'année au cours d'une expo de fin d'année qui illustre entre autre le thème abordé au cours de l'année. L'an dernier, c’était "la terre papier", cette année " Le chaos en noir, blanc et tous les gris".

J'aime aussi participer à des projets plus extérieurs à l'atelier qui permettent de connaître les autres activités.

As-tu des souvenirs marquants de ces 20 années ?
Quelques transformations : de la MJC à l'Office Culturel, la marque de plusieurs directrices(2) et directeurs(3) très sympas,  porteurs de différents projets, la construction du centre culturel Bleu Pluriel.

Mais aussi la fréquentation de personnes, personnages remarquables, comme par ex : Gabrielle Le Cam, avec qui j'ai pu avoir de belles affinités.

L'arrivée d'une certaine Liliane qui à beaucoup apporté à l'OCT par son échange, son écoute, sa bonne humeur avec les profs. Elle a apporté aussi de la stabilité à la structure par sa longue présence et ses compétences multiples.

La construction de la Clef des Arts qui nous accueille, un beau bâtiment, lumineux et bien équipé.

Tu es une passionnée et cela se ressent dans les cours que tu dispenses. Mais tu es également en train de réaliser ton rêve d’avoir ton propre atelier et ton espace d’exposition. Cela représente des années de travail. Je sais que tu es très courageuse et que tu n’hésites pas à manier la truelle ou le marteau. Peux-tu nous parler de ton projet et quand sera- t-il ouvert au public ?
Effectuer des travaux et travailler en même temps n'est pas chose aisée, mais avec de la
patience cela prend forme.
J'espère ouvrir mon atelier à la rentrée prochaine 2011/2012. Avec la mise en place de quelques horaires de cours d'arts plastiques enfants et adultes et de ma propre production et avec également des expos.

Comment vois-tu l’O.C.T. dans 20 ans ?
Difficile question dans le contexte actuel de crise et de réduction des budgets culturels.
On peut espérer que cela s'arrangera et que soient développés de nouveaux projets. En tout cas, les acteurs de base ne manquent pas d'énergie pour faire vivre ces futurs projets.

Je n'y participerai sans doute plus dans 20 ans, mais je souhaite un bel avenir à tous ceux qui continueront le chemin dans la structure !!!

 


 

 

 

 

 

 

 


Qui sommes-nous ?

Eh oui , l' OCT est bien une association ! Elle a même fêté ses 20 ans d'existence en avril 2011 !

Comme dans toute association, les bonnes volontés et les marques de soutien sont importantes ...

Lire l'article

Souvenirs souvenirs !

20 ans de passion, 20 ans d'innovation au service de la Musique , de la Danse , des Arts Plastiques à la portée de tous. L'OCT peut être fier du chemin parcouru .

Pour fêter cet anniversaire, ...

Lire l'article

Tarifs

Le mot du président

L’Office Culturel a volonté de permettre une accessibilité au plus grand nombre. Pour cette raison, nous faisons des propositions variées qui permettent à chacun de s’inscrire en fonction de ses goûts et de ses capacités. Pour tous, un paiement fractionné est possible. En musique, le tarif est calculé en fonction du quotient familial

Voir nos tarifs

Accès

27, rue Marcel Rault

22950 Trégueux